jeudi 28 juin 2018

de la relève des compteurs à la facture d'eau potable

La réunion d'un  groupe de travail du conseil d'administration de la régie, le 21 juin, a donné lieu à la présentation d'un diaporama.

Il s'agissait de décrire les différentes opérations qui se sont enchaînées à partir de la première relève effective  des  compteur individuels  des abonnés du service d'eau potable jusqu'à l'envoi des factures.
pour y accèder,cliquer sur le lien ci-dessous:

de la relève de la consommation à la facturation

quelques infos importantes sont à retenir de ce diaporama

1. Sur les compteurs des abonnés:

On y apprend que, compte tenu de leur durée moyenne de fiabilité , les compteurs ont vocation à être renouvelés au bout d'une quinzaine d'année. Problème; Suez a interrompu tout renouvellement des compteurs depuis plusieurs années, ce qui fait que les compteurs sont âgés aujourd'hui d'une douzaine d'année.....et donc devront être changés pour la plupart dans les prochaines années! Encore une coûteuse illustration des carences de la gestion privée qui vont peser sur la gestion de la nouvelle régie 




2. Sur la 1ère relève effective des compteurs:  une preuve par l'exemple des méfaits de l'idéologie pro-privé

Pour comprendre ce qui s'est passé, il faut se souvenir du "deal" passé en 2015 entre le président de l'ex agglo du Val d'Orge et les maires anti-régie: vous acceptez la régie, plébiscitée par la grande majorité des habitants ....mais, en contrepartie, on vote une motion s'engageant à faire appel au maximum aux entreprises privées pour le fonctionnement de la régie.

Un parti pris respecté à la lettre pour la relève des compteurs: le choix d'emblée 2 appels d'offre successifs pour sélectionner l'entreprise privée qui en sera chargée; avec comme des résultats calamiteux  en février pour les 3 premières communes relevées: Sainte Geneviève des Bois, Longpont et Fleury-Merogis:

* des offres exorbitantes de Veolia et Suez, 
* seule une entreprise inconnue, eurocom, proposant un prix acceptable, choisie par défaut, avec des résultats qui se sont avérés  catastrophiques: 
- un personnel sans expérience et sans encadrement, 
- des relevés en dehors des horaires prévus, 
des erreurs graves dans les informations transmises, 
- et, le pire, seulement 15% des index attendus transmis à la fin du mois!

Un bilan désastreux mettant en péril le budget de la régie,  faute des recettes attendues, qui a conduit les responsables de la régie à mettre en oeuvre dans l'urgence une nouvelle organisation avec un pilotage en interne de la relève des compteurs : en faisant appel en renfort temporaire à des entreprises d'insertion partenaires de l'agglomération Coeur d'Essonne.

Une solution qui a heureusement permis en mai 2018 de redresser la situation avec un nombre de compteurs relevés enfin conforme aux prévisions.
Un manque à gagner à un retard qui auraient sans doute pu être évité, si avait été étudié au départ la solution d'une relève organisée par la régie elle-même, au lieu du recours  tête baissée  au privé qui a prévalu.

3. Perspectives de radio-relève ou de télé-relève: 

Il s'agit ici d'un projet mené en partenariat avec la nouvelle régie voisine d'Eau-ouest Essonne , à suivre avec attention pour s'assurer que la solution retenue répondra à l'objectif d'une relève réelle plus fréquente  pour éviter les corrections des surfacturations opérées sur la base d'estimations excessives. En étant également vigilants et exigeants quant à l’innocuité pour la santé des ondes associées aux procédures de télérelève. 

4. la charge de travail du Service relation abonnés: 

Des informations dont il ressort que le cabinet (privé!....) qui avait évalué le nombre d'agent requis pour la facturation l'avait largement minoré, sur la base de références erronées  ....en effet, ce cabinet a extrapolé à partir des effectifs de suez, alors que , fort heureusement, le niveau et le temps consacré aux échanges avec les usagers sont largement supérieurs au sein de la régie. Une situation qui conduit à prévoir un recrutement supplémentaire pour ce service